دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

Célébration du mois du patrimoine 18 avril -18 mai 2021

.

célébration de la journée mondiale du livre et des droits...

RAMADAN MUBARAK

رمضان مبارك
REMDAN AMERBUH

.

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • Bienvenue sur le site de la Maison de la Culture Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou.Page face-book Maison de la Culture Mouloud Mammeri - Tizi-ouzou ***
Un auteur...Un livre...Une lecture
Rabah Belamri (1946-1995)✨
Rabah Belamri (1946-1995)✨
BIOGRAPHIE :
Romancier, poète, conteur et essayiste, Rabah Belamri, est né le 11 octobre 1946 à Bougaa, dans la région de Sétif.
Il perd la vue en 1962 suite à un décollement de la rétine mal soigné.
Il poursuit ses études au lycée de Sétif, à l'École des jeunes aveugles d'El Biar (Alger), à l'École normale d'instituteurs de Bouzareah puis à l'Université d'Alger.
En 1972, il part en France, où il soutient un doctorat sur l'œuvre de Louis Bertrand, Miroir de l'idéologie coloniale.
Il meurt le 28 septembre en 1995 à Paris des suites d'une intervention chirurgicale.
Son œuvre riche et touchante, parle de la difficulté d'être, de l'exil, de la solitude. Mais elle nous parle aussi de tendresse, elle nous emporte dans son élan vers les humiliés, vers tous ceux que la violence contemporaine broie, abandonne
Belamri cadre ses personnages en des lieux géographiquement déterminés : Oued Bousselem, Hammam Guergour, Bougaâ... et en plantant les décors où se meuvent ses héros, il n'hésitait pas d'ailleurs à les faire parler en arabe dialectal et à puiser leurs expressions dans le terroir local.
ŒUVRES :
• L'œuvre de Louis Bertrand, miroir de l'idéologie colonialiste. Alger : Office des Publications Universitaires, 1980.
• Les Graines de la douleur, contes populaires algériens. Paris : Publisud, Paris, 1982,
• La Rose rouge, contes populaires algériens. Paris : Publisud, 1982.
• Le Soleil sous le tamis, récit d'enfance autobiographique, préface de Jean Déjeux. Paris : Publisud, 1982
• Chemin de brûlure, poèmes. Paris : Éditions de l'Orycte, 1983.
• L'Oiseau du grenadier, contes algériens, proverbes et souvenirs d'enfance. Paris : Flammarion, 1986.
• Le Galet et l'hirondelle, poèmes. Paris : l'Harmattan, 1985
• Proverbes et dictons algériens. Paris : L'Harmattan, 1986.
• Regard blessé, roman autobiographique. Gallimard, Paris, 1987
• Jean Sénac: entre désir et douleur, essai. Alger : Office des Publications Universitaires, 1989.
• L'Olivier boit son ombre, poèmes Aix-en-Provence : Edisud, 1989
• L'Asile de pierre, roman. Paris : Gallimard, 1989
• L'Âne de Djeha. Paris : L'Harmattan, 1991.
• Femmes sans visage, roman. Paris : Gallimard, 1992 141 p.
• Pierres d'équilibre, poèmes. Le Dé bleu, 1993.
• Mémoire en archipel, recueil de récits. Paris : Gallimard, 1994
• Chronique du temps de l'innocence. Paris : Gallimard, 1996.
• Corps seul, poèmes. Paris : Gallimard, 1998
DISTINCTIONS :
• Prix France Culture en 1987, pour son roman autobiographique « Regard blessé »
• (Prix Kateb Yacine) en 1993, pour son roman « Femmes sans visage »
????RÉSUMÉ DU JOUR :
« Regard blessé » 1987:
Dans l'Algérie de1962, à la veille de l'indépendance, dans un village meurtri par sept années de guerre, Hassan, âgé de quinze ans, commence à perdre la vue à la suite d'un décollement de la rétine.
Devant l'impuissance de la médecine moderne à guérir l'enfant, la mère recourt à la magie et aux médecines traditionnelles : marabouts, sorciers et charlatans multiplient les traitements cocasses et dangereux.
L'adolescent vit une double tragédie : les progrès implacables de son mal et l'histoire de son pays faite de douleurs et d'incertitudes...Pourtant Hassan le merveilleux sait rire et désirer, souffrir et apprendre, visiter sa mémoire en feu et observer la vie autour de lui...tendre, folle et cruelle.
Le romancier fait vivre le village torturé par sept années de guerre, et montre Alger qui fête l'indépendance. Dans ce drame historique, les tragédies individuelles sont rapportées sans pathos, comme vues par un regard naïf mais sans complaisance.

???? Synthèse des sources faite par: Maison de la Culture Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou