دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

.

.

.

.

.

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • nous informons nos chers adhérents de l’ouverture des salles de lecture de dimanche a jeudi de 9h à 16h30 il est recommandé l'observance stricte des gestes de protection et d’éviter les regroupements nous vous remercions pour votre compréhension *bonne reprise*
Un auteur...Un livre...Une lecture
✨Habib Ayyoub (1947- )✨
✨Habib Ayyoub (1947- )✨

BIOGRAPHIE :
Cinéaste de formation, journaliste et écrivain, Habib Ayyoub, de son vrai nom Abdelaziz Benmahdjoub, est né le 15 octobre 1947 à Tagdemt.
Il a obtenu deux Baccalauréats : français et algérien.
Après des études de sociologie, puis de cinéma à l'Institut national supérieur des arts du spectacle de Bruxelles, il a été correspondant de presse du quotidien « Le Jeune Indépendant » en 2000 puis journaliste économique au journal « Liberté » depuis 2002.
Il a réalisé quelques courts métrages avant de publier ses premiers textes.
PUBLICATIONS :
• C'était la guerre (nouvelles). Alger : Barzakh, 2002
• Le Palestinien (roman). Alger : Barzakh, 2003
• Vie et Mort d'un citoyen provisoire (roman). Alger : Barzakh, 2005
• Le Gardien (récit). Alger : Barzakh, 2001
• Le Désert, et après. Alger : Barzakh, 2007
• L'Homme qui n'existait pas (nouvelles). Alger : Barzakh, 2009
• Alger nombril du monde nouvelle dans recueil collectif sur Alger quand la ville dort. Alger : Barzakh, 2010
• le Remonteur d'Horloge. Alger : Barzakh, 2013
• De Tipasa à Cherchell, petites et grandes histoires de l'eau. Alger : Barzakh, 2011

RÉSUMÉ DU JOUR :
« Le Gardien » 2001:
Quelque part dans un désert, un homme se penche sur son passé. C'est un militaire, nommé pompeusement le chef suprême, qui revit au travers de réminiscences faites de regrets, sa misérable vie de compromissions et de lâchetés
Alors que lui reste-t-il ? Des médailles conservées précieusement dans une boîte, symbole d'une époque plus faste et de la reconnaissance de ses pairs, il ne subsiste que le ruban en plastique, rouge vert et blanc, « le résumé de sa vie » réduit à néant. On aura compris qu'il s'agit surtout, sur fond de satire de la vie algéroise comme le prouvent certaines indications de lieux, d'une réflexion triste et amère sur la condition humaine et l'impuissance des hommes qui, parvenus au terme de la vie, contemplent avec un sentiment de vide ce que fut leur parcours sur terre. Le désert favorise la rencontre avec Dieu comme le montrent certaines références au Coran.
Ce récit se lit avec beaucoup de plaisir et l'on sourit souvent aux descriptions féroces des milieux algérois caricaturés par la plume allègre d'Habib Ayyoub. Mais surtout, c'est une réflexion sur la vanité des passions et des quêtes humaines en laquelle tous peuvent se reconnaître.

 Synthèse des sources faite par: Maison de la Culture Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou