دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

'

.

,

.

'

دار الثقـــــــــافة مــــولود معمــري تيــــزي وزو
AXXAM N YIDLES MULUD AT MΣEMMER N TIZI-WEZZU
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

  • إحياء الذكرى 58 لعيد الإستقلال و الشباب *****Amulli wiss 58 n tmeghran n uzarug d yelmezyen du 04 au 06 juillet 2020 *suivez-nous sur notre page face book **
ASMEKTI - إستذكار- ÉVOCATION
ASMEKTI - MOHAMED ISSIAKHEM ,un pionnier de la peinture moderne algérienne
ASMEKTI
MOHAMED ISSIAKHEM, un pionnier de la peinture moderne algérienne
Google a célébré, le 17 juin 2018, le 90e anniversaire de la naissance de M'hamed Issiakhem, l'une des grandes figures de la peinture moderne en Algérie, avec un Doodle visible sur la page d'accueil du moteur de recherche au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, en Égypte, au Liban, en Jordanie, en Irak, en Arabie saoudite et à Oman.
M'hamed Issiakhem naît le 17 juin 1928 au Douar Djennad (Azeffoun) en Grande Kabylie. A partir de 1931 il passe son enfance à Relizane. En 1943 il manipule une grenade, volée dans un camp militaire, qui explose. Deux de ses sœurs et un neveu meurent. Hospitalisé pendant deux ans, il est amputé du bras gauche. De 1947 à 1951 il est à Alger élève de la Société des Beaux-Arts puis de l'Ecole des Beaux-Arts et suit les cours du miniaturiste Omar Racim. En 1951 il rencontre Kateb Yacine. De 1953 à 1958 il fréquente Ecole des Beaux-Arts de Paris où il retrouve Kateb Yacine - les deux artistes demeureront inséparables. En 1958 Issiakhem quitte la France pour séjourner en RFA puis résider en RDA.
En 1962, boursier de la Casa Vélasquez de Madrid, Issiakhem rentre en Algérie. Il est alors dessinateur au quotidien Alger Républicain. En 1963 il est membre fondateur de l'Union Nationale des Arts Plastiques, de 1964 à 1966 chef d'atelier de peinture à l'Ecole des Beaux-Arts d'Alger puis directeur pédagogique de l'Ecole des Beaux-Arts d'Oran. Il illustre alors plusieurs œuvres de Kateb Yacine. De 1965 à 1982 il crée les maquettes des billets de banque et de nombreux timbres-poste algériens. En 1967 il réalise avec Kateb Yacine un film pour la télévision, Poussières de juillet, en 1968 les décors du film La voie, de Slim Riad. En 1971 Issiakhem est professeur d'art graphique à l'Ecole Polytechnique d'Architecture et d'Urbanisme d'Alger et crée les décors pour le film Novembre. Il voyage en 1972 au Viêt Nam et reçoit en 1973 une médaille d'or à la Foire Internationale d'Alger pour la décoration du stand du Ministère du Travail et des Affaires sociales.
De 1973 à 1978 Issiakhem est dessinateur de presse. Il dirige en 1977 la réalisation d'une fresque pour l'aéroport d'Alger. Le Ministère du Travail et des Affaires sociales publie à Alger une plaquette dont Kateb Yacine écrit la préface sous le titre Issiakhem, Œil-de-lynx et les américains, trente-cinq années de l'enfer d'un peintre. En 1978 Issiakhem séjourne quelques mois à Moscou et reçoit en 1980 le Premier Simba d'Or (Lion d'Or) de Rome, distinction de l'UNESCO pour l'art africain.
M'hamed Issiakhem s'est éteint le 1er décembre 1985 à Alger, des suites d'une longue maladie. "Devant sa peinture, écrit le sociologue Benamar Mediene, Issiakhem est le déconcertant, le paradoxal, l'irrévérencieux démiurge, qui, dans sa lucidité prophétique avale de la poudre à canon et allume une cigarette. L'art, pour lui, est toujours un risque qui engage l'existence même de celui qui l'assume".
Son ami Kateb Yacine a déclaré l'avoir "vu, plus d'une fois, finir une toile en quelques heures, pour la détruire tout à coup, et la refaire encore, comme si son oeuvre aussi était une grenade qui n'a jamais fini d'exploser dans ses mains".